4 conseils pour décrocher un stage ou un premier job quand on a peu d’expérience | Pauline Laigneau

La fin de l’année universitaire approche à grands pas et pour beaucoup d’étudiants cela rime avec une recherche de stage. Et si, de tout temps, cette quête n’a pas été facile, les circonstances actuelles rajoutent encore de la difficulté au problème.

Avec les processus de recrutement bouleversés par le télétravail, il y a moins de contact humain et surtout moins de retours directs en face à face, permettant aux candidats d’affiner leur positionnement.

Dans cet article, j’ai puisé dans mon expérience – j’ai moi aussi été stagiaire, il y a fort lonnnnnngtemps ;) – pour vous donner 4 conseils pratiques afin de vous démarquer et de trouver le stage de vos rêves… Voire plus si affinités !

Petit détail : ces conseils s’appliquent aussi bien aux étudiants qui recherchent une première expérience professionnelle dans un domaine qui les attire qu’aux personnes voulant se reconvertir ;)

Conseil n°1 : Accepter de donner avant de recevoir

Comme je vous l’avais raconté auparavant, quand j’étais plus jeune, je suis entrée à l’Ecole Normale Supérieure (“Normale Sup” pour les intimes).

On pourrait penser que sortir de cette école prestigieuse était la voie royale pour décrocher un stage. Eh bien, détrompez-vous ! Lorsque je me suis mise, pleine d’entrain et d’enthousiasme, à chercher mon premier stage, je ne m’attendais pas à me confronter à tant de difficultés !

Les recruteurs considéraient que j’avais très peu de compétences concrètes pouvant servir sur le terrain. Ils ne voyaient pas ce que mon profil pouvait leur apporter et les managers n’avaient pas envie de me recruter.

Devant les portes qui se fermaient une à une, j’ai compris qu’il était urgent de changer de stratégie. J’ai alors recherché encore quelques boîtes qui m’intéressaient et j’ai mis en avant toutes les manières dont je pouvais me rendre utile à l’entreprise, sans même exiger de salaire. J’étais prête à tout ! Sortir les poubelles, balayer par terre, conduire une camionnette… Bref, faire toutes les petites tâches ingrates et rébarbatives nécessaires à l’entreprise en échange de la chance qu’on me donnait d’apprendre. Le tout pour 0 euros.

Je l’ai écrit noir sur blanc dans ma lettre de motivation, y ait mis tout mon cœur et mon courage et ait envoyé ce courrier à quelques entreprises choisies. 

Et cela a fonctionné ! J’ai décroché mon premier stage chez Hugo et Victor, une maison de Haute Pâtisserie en tant que “bras droit” du CEO – comprendre femme à tout faire ;) – durant une période de 6 mois. Le Graal ! J’avais réussi mon coup et déjoué les méfaits de mon CV atypique. 

Alors certes, cette stratégie nécessite de faire un sacrifice sur le court terme. Certes, aujourd’hui, une entreprise – et c’est tant mieux – n’a pas le droit de ne pas payer un stagiaire. Cela n’est pas la question. 

Ce qui importe c’est de se mettre en position de donner avant de recevoir. De se mettre au service d’une entreprise en lui montrant qu’on va faire tout ce qui est en notre pouvoir pour honorer sa confiance.

Croyez-moi, sur le long terme vos efforts seront payants. Une fois que vous aurez brisé la glace du monde du travail ou d’un nouveau domaine, il vous sera d’autant plus facile d’avancer et de vous faire payer pour vos services.

Cela a été mon cas : au bout de quelques semaines à peine, mes employeurs de l’époque, satisfaits de mes efforts, m’ont spontanément proposé une rémunération pour me remercier de la qualité de mon travail. Une fois de plus, c’est bien souvent quand on donne d’abord, qu’on reçoit en échange. 

Aussi gardez en tête que cette première expérience ne sera que d’une expérience passagère. Beaucoup d’étudiants s’inquiètent de savoir si le premier stage sera en cohérence avec leurs envies de carrière futures. Ils ont peur de s’enfermer dans une voie. 

Or quasi rien dans la vie n’est définitif. 

D’autant plus de nos jours où les carrières sont de moins en moins linéaires.

Dans cinq ans, votre premier stage n’apparaîtra même plus sur votre CV. Alors ne vous inquiétez pas, privilégiez d’abord les apprentissages et l’ouverture qu’un stage peut vous donner sans vous demander si vous voulez, oui ou non travailler dans ce domaine pour le reste de votre vie. Comme je l’ai déjà dit, l’idée est de tester d’abord ce qui vous plaît.

Conseil n°2 : Créer des ponts

Un autre point important pour moi est de se poser la question pourquoi vous voulez explorer cette nouvelle piste. Qu’est ce qui a attisé votre curiosité vers le domaine que vous convoitez ? Listez toutes les situations où vous avez été au contact de cette activité d’une manière plus ou moins proche. Qu’est-ce que vous avez observé ?

Trouvez des ponts entre ce que vous avez déjà fait ou appris et la voie que vous aimeriez tester.

Vous croyez qu’une expérience dans un fast-food n’a rien à voir avec un travail intellectuel dans un bureau ? Détrompez-vous. Vous y avez sûrement appris une rigueur, le sens du service, la relation client et celles-ci vous seront bien utiles lors d’un stage.

Vous avez participé à la décoration d’une vitrine dans la boutique dans laquelle vous étiez vendeuse ? Il s’agit bel et bien de marketing.

Si vous avez déjà une expérience de travail derrière vous et que vous souhaitez vous reconvertir, ces “ponts” sont encore plus faciles à trouver.

Bref vous en savez plus que vous ne le pensez. Et en même temps vous avez encore tellement à apprendre. Ne soyez pas effrayé de communiquer sur vos objectifs d’apprentissage et montrez que vous êtes vraiment désireux et enthousiaste de vous améliorer.

Conseil n°3 : Trouver un mentor

Le mot mentor peut paraître un peu désuet ou curieux pour certains. Mais c’est quoi en fait un mentor ? Selon le Larousse, il s’agit d’un “guide attentif et sage, conseiller expérimenté”.  Un mentor disons c’est une sorte de parrain professionnel qui va vous inspirer, vous conseiller, partager son expérience et ses précieux conseils avec vous.

Ce n’est pas ce mentor forcément qui va vous trouver votre stage mais il pourra vous donner des pistes importantes pour réussir à le faire.

Mais comment trouver un mentor vous demandez-vous peut-être ? Tout d’abord, n’hésitez pas à solliciter votre entourage ! Parlez de ce qui vous anime et demandez aux gens autour de vous s’ils connaissent des personnes travaillant ou ayant travaillé dans des domaines qui vous attirent. Le cas échéant, demandez à être mis en contact avec elles.

Et si dans votre cercle personnel, vous peinez à trouver votre mentor, pas de panique ! Le monde du web recèle également de ressources, pouvant vous aider dans votre quête. Il existe par exemple une plateforme géniale qui met en relation des professionnels et des étudiants, il s’agit de myjobglasses. Vous pouvez y trouver des professionnels disponibles pour échanger avec vous.

L’idée est toujours la même, se confronter au métier avant de s’y lancer, récolter des informations importantes qui pourraient montrer au recruteur que vous vous êtes renseigné sur l’emploi en question.

Vous vous demandez peut-être si j’ai moi-même un mentor. Eh bien oui, plusieurs même :) Jacob Abbou, François Rousseau, entre autres que vous avez d’ailleurs eu l’occasion d’entendre sur le Gratin !

Conseil n°4 : Attirer l’attention et se démarquer

Il y a quelques semaines, le CV d’une jeune femme faisait le tour de LinkedIn et pour cause, elle présentait son parcours de manière originale. Sur le thème d’une série et sur un ton humoristique, elle proposait ses services en tant qu’alternante en communication et publicité. Et quoi de mieux que de montrer son talent en marketing qu’en vendant ses propres compétences. Son CV a eu un succès fou et plusieurs recruteurs se sont offert pour lui offrir un poste en alternance.

En fait, le CV et la lettre de motivation sont déjà des atouts importants pour se démarquer.

N’attendez pas d’obtenir un entretien pour faire part de ce dont vous êtes capable.

Si votre stage implique une grande part de créativité, montrez-vous créatif dans le CV et la lettre de motivation elle-même. Si c’est la qualité rédactionnelle qui est importante, alors soignez tout particulièrement votre plume lors de la rédaction de votre lettre de motivation.

N’hésitez pas à proposer des solutions dès que vous en avez l’occasion et expliciter quel pourrait être votre apport dans l’entreprise. Même si celui-ci se résume au début à débarrasser les autres employés des tâches rébarbatives.

J’espère que ces quatre conseils vous seront utiles dans vos recherches ! Aussi, si vous avez quelqu’un dans votre entourage que cet article pourrait aider, n’hésitez pas à le partager !

Bon courage dans vos recherches et à bientôt !

Pauline

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ces articles pourraient vous intéresser :